Aller au contenu

trekking au maroc

Dans le cadre de son voyage de vacances, vous pouvez opter pour un trekking au Maroc, ou dans tout autre pays. Et bonne nouvelle, vous pouvez partir avec vos enfants. En effet, depuis quelques années, de nombreuses agences et sites comme Aventure Berbere proposent des circuits adaptés pour des adultes accompagnés de leurs enfants. La difficulté avec ce type de voyages, c'est que vous devrez prendre un certain nombre de mesures afin que vos enfants ne souffrent pas de ce voyage. Pour éviter l'ennui, vous devrez vous assurer de choisir un circuit avec de nombreuses surprises, si possible en portage avec animaux pour les distraire. Si vous êtes avec des enfants de moins de 12 ans, dites-vous qu'ils ne supporteront pas l'altitude aussi bien que vous, donc vous ne devrez impérativement pas dépasser les 3000 mètres d'altitude, pour limiter au maximum les risques de mal aigu des montagnes. Pensez aussi aux équipements adaptés à votre enfant, afin qu'il acquière une certaine autonomie pendant le voyage. Le mieux reste toujours d'organiser le voyage avec votre enfant, afin qu'il puisse lui aussi apporter des idées, pour mieux s'amuser. Au final vous garderez de beaux souvenirs de ce séjour en famille.

Destinations idéales pour faire un trekking avec ses enfants

Lorsque l'on entreprend un trekking au Maroc ou ailleurs avec des enfants, on ne peut pas aller n'importe où sans y avoir réfléchi au préalable. Quelques destinations s'avèrent idéales pour ce type de séjour. Sauf cas de force majeure, notamment les contraintes sanitaires, les conditions climatiques ou la situation géopolitique, très peu de destinations présentent des contraintes pour un voyage familial. Les voyages en Europe sont adaptés, ainsi que les pays comme le Canada, le Maroc, les Etats-Unis, l’Égypte, la Tunisie ou la Turquie. Vous pouvez vous rapprocher d'une agence ou du ministère des Affaires étrangères, pour avoir des informations fiables sur le pays de votre choix.

Comment organiser le voyage avec des enfants ?

Un trekking au Maroc, en Turquie ou en Tunisie, cela s'organise. Prendre l'avion, découvrir un nouveau pays et même un nouveau continent, voilà des expériences que vous devez préparer avec vos enfants. Une fois que vous avez choisi le circuit qui vous semble le plus adapté, faites le maximum pour que vos enfants aussi soient prêts à faire ce voyage en famille. Pour y arriver, vous pouvez leur montrer des photos de votre prochaine destination, leur parler des vêtements qu'ils pourront porter, de ce qu'ils vont manger, etc. Bien évidemment, vous pouvez faire face à des imprévus sur place, des situations d'attente, des pannes, des moments d'inactivité, etc. Pour parer à ces situations, vous pouvez emporter avec vous des jeux de société agréables, faciles à jouer et à transporter, des livres, etc. De cette manière vous pourrez dédramatiser les situations inattendues. Rassurez-vous les enfants s'adaptent assez rapidement aux situations du quotidien, alors même si vos enfants peuvent être surpris par des toilettes externes, ils s'y habitueront assez rapidement. Vous pouvez désormais envisager votre voyage en toute sérénité.

hotel a marrakech

L’UTAT de son nom complet, ultra trail Atlas Toubkal est une activité qui se tient dans la chaîne de l’Atlas à quelques minutes de la cité ocre. C’est une activité pour laquelle il est nécessaire d’avoir quelques compétences sportives et même un entraînement assez fort pour certaines distances. En effet, l’UTAT se tient dans un environnement assez difficile d’accès, où les températures sont basses et donc difficiles, et le terrain demande une certaine technicité. L’UTAT 105 est un itinéraire qui est dédié aux personnes expérimentées qui ont l’habitude de ce genre d’épreuves assez longues et difficiles et qui peuvent aller jusqu’au bout en semi-autonomie. Parmi les autres épreuves de l’UTAT, nous pouvons citer le Marathon de l’Atlas concerne également les coureurs habitués de ce genre d’exercices, qui ont de l’entraînement et qui ont déjà fait des maratrails en Europe. Le challenge de l’Atlas qui fait aussi partie des activités de l’UTAT est une compétition à laquelle les novices peuvent s’inscrire, surtout ceux qui veulent pratiquer les longues distances ou qui souhaitent préparer un challenge plus important. En s’inscrivant aux activités de l’UTAT, vous pouvez réserver un hôtel de luxe à Marrakech http://www.geoploria.com/afrique/expedition-maroc/hotel-luxe-sultana-marrakech.html.

Parmi les autres activités de l’UTAT, on retrouve aussi la virée d’Ikkiss qui peut être faite par des coureurs moins professionnels, mais ayant bénéficié tout de même d’un entraînement puisque c’est un parcours plein d’exigences. Avant de réserver un hôtel de luxe à Marrakech pour vous lancer dans ces activités, vous devez savoir où vous allez. Le Haut Atlas est un massif rocailleux où il est important d’avoir de la technicité pour courir. Les chemins empruntés sont des pistes très peu exigeantes, mais aussi des tracks plus exigeants. En plus de l’aspect technique que le terrain manifeste, il faut prendre en considération les conditions climatiques, puisque cela se passe à haute altitude.

Les coureurs subissent souvent des conditions climatiques extrêmes et des variations de climat tout aussi importantes. La nuit la température se rapproche de 0°C et au soleil elle peut dépasser la barre des 30°C. Il faut être préparé à affronter le vent froid, la pluie, parfois la neige au niveau des cols. Les organisateurs tiennent à ce que les coureurs disposent du matériel qui leur est demandé, la liste du matériel peut être longue et sembler inutile, mais il est important d’avoir tout cela avec soi afin d’être équipé face aux situations d’urgence. Pour rendre le parcours des coureurs plus agréable, un village éphémère est construit à chaque édition, il n’est pas aussi confortable qu’un hôtel de luxe à Marrakech, mais il permet aux coureurs de se détendre sur le plateau d’Oukaïmeden. Ce village comprend des salles de restaurant, des salles de spectacle et de concert, des tentes pour héberger les coureurs.

Après un vote unanime, même si cela fut difficile parfois, nous pouvons être fiers d’avoir su maintenir un dialogue avec les élus. Cela s’appelle un travail collectif ! Il faut bien penser que le plus difficile reste à faire. Pour arriver en 2015 au Liveau il faut ensemble, adhérents, bénévoles, mécènes, porter ce même objectif. Beaucoup de travail et d’engagements, auprès des décideurs financiers porteurs du projet nous attendent. En 2014 il sera indispensable de prouver notre sérieux et notre engagement pour un Moulin à papier  vivant, pédagogique, créatif. Un lieu où la vie sera faite pour des publics divers et passionnés de découverte et d’originalité.

2014 une année importante qui préparera l’arrivée en 2015 !
Alors rêvons encore de cette réalité qui nous attend!

L’article du jeudi 27 juin de «L’Hebdo Sèvre-et-Maine» qui relate la séance du Conseil Communautaire de la CCVC au cours de laquelle il donne son accord pour notre entrée au moulin du Liveau en 2015.
Seize ans d’efforts et de travail sont récompensés.

Depuis quelques années, nous avons développé une activité externe : des ateliers itinérants. Nous pouvons ainsi parler de l’histoire et de la route du papier, faire et faire faire de la pâte à papier et des feuilles de papier.

NOUS POUVONS RÉPONDRE À DES DEMANDES TRÈS VARIÉES

• Animations pédagogiques dans des écoles,
• Animations dans des manifestations à caractère culturel :
- Salons, Fêtes ou Festival du livre,
- Médiathèques, bibliothèques,
- Fête des plantes,
- Journées Européennes de Métiers d’Arts,
- Journées du Patrimoine,
- Animations dans des manifestations touristiques :
- Salons du tourisme,
- Fêtes locales (médiévales…),
• Animations de manifestations commerciales :
- Portes Ouvertes,
- Animation de Galerie Commerciale

Notre matériel  (cuves, presses, grilles d’informations, tables de présentation) et nos « outils » (formes, feutres etc) sont adaptés pour être déplacés dans un véhicule utilitaire de 12 à 15 m3.

FABRICATION DE FEUILLES DE PAPIER
Après une démonstration commentée des gestes des papetiers, chaque visiteur, petit ou grand, est invité à faire sa feuille de papier qu’il emportera sur un carton pour la faire sécher. Nous avons constaté que le papier « recyclé » obtenait la faveur du public, aussi nous « travaillons » beaucoup avec les « pages jaunes » des annuaires. Et pour conserver un aspect « incrustations », aucun désencrage ne vient modifier les couleurs des annonces publicitaires partiellement défibrées !

Abandonné depuis les années 1950, le moulin du Liveau, sur les rives de la Sèvre Nantaise à Gorges, va renaître. Pas pour élaborer de la farine comme ce fut le cas pendant plusieurs siècles, mais pour fabriquer du papier, comme au XIXème siècle. (Sèvre et Maine Hebdo – 3/05/2012)

Construit en pierre et en brique, l’édifice affecte la forme d’un vaste bâtiment ponctué de onze travées. La régularité des ouvertures, le choix des matériaux et la hiérarchisation des niveaux font de cet édifice un témoin tout à fait remarquable de l’influence italienne sur l’architecture de la vallée de Clisson.

LE PAPIER AU LIVEAU : 34 ANS D’ACTIVITÉ EN 550 ANS D’EXISTENCE

Les moulins rive gauche et rive droite, dits moulins de Oliveau, sont moulins auquel s’ajoute un séchoir à papier au xix siècles. Au temps fort de son activité, le complexe dispose de quatre roues hydrauliques. En 1826, la Baronne Bertrand-Geslin transforma le moulin de la rive droite en moulin à papier, activité plus prospère à cette époque, et construit le séchoir (étendoir). Cela durera jusqu’en 1860. (…)
Ces édifices sont l’un des derniers témoignages de l’activité papetière de la région. Le séchoir à papier est marqué dans son architecture par la forte influence italienne répandue à cette époque dans le canton de Clisson par les frères Cacault et Frédérique Lemot. Ayant acquis le site en 2001 afin de le préserver de la ruine, la commune avait pour objectif de lui redonner vie, en cohérence avec son passé et avec les objectifs de développement touristique et culturel de la communauté de communes.
(Sèvre et Maine Hebdo – 3/05/2012)

TREIZE ANS DE PROJET

1999 : pendant la tempête, le site est préservé d’un délabrement total avec la pose en urgence de bâches par la mairie.
2003 : la mairie de Gorges acquiert le site.
2004 : le projet du Liveau remporte le concours «sauvons les merveilles de notre patrimoine dans la catégorie patrimoine industriel. (Dossier pour le concours monté et présenté par l’association des Arts graphique en Vallée de Clisson).
De janvier à juin 2008 : le séchoir est rénové. Le coût du chantier avoisine les 290 00 euros. l’investissement est possible gr^ce à la Fondation du Patrimoine et le mécénat de Total (152 000 euros).
2010 : les travaux de la mise hors d’eau et hors d’air du moulin sont lancés. Leur coût atteint 340 000 euros. La Fondation du Patrimoine apporte 80 000 euros.
2011 : de son côté Sèvraval, syndicat de rivière (de la Sèvre nantaise sur la partie Loire-Atlantique), finance la restauration de la chaussée? Coût : 300 000 euros.
2012 : lancement des travaux pour l’aménagement intérieur du moulin (coût : 590 000 euros) et des voies d’accès (route et parking). Ouverture saison 2014.
Après 2014 : aménagement intérieur du séchoir. (Sèvre et Maine Hebdo – 3/05/2012)

2015 : arrivée au moulin

L’association Pour les arts graphiques en vallée de Clisson a été créée en 1997 en relation avec Pro arte graphica qui gère le Musée de l’imprimerie de Nantes. Son existence y est intimement liée et elle en constitue le complément indispensable pour parler du monde du papier dans sa totalité, depuis l’élaboration du support jusqu’à ses utilisations. Elle regroupe des animateurs provenant pour la plupart des métiers de la communication, du papier, de l’imprimerie et de l’image.

L’association Pour les arts graphiques en vallée de Clisson s’est donnée pour mission de faire restaurer et d’animer un moulin de fabrication de papier à l’ancienne comme cela se pratiquait du XVIIe au XIXe siècle sur les rives de la Sèvre Nantaise. Le Moulin du Liveau constitue un superbe exemple de l’architecture italianisante de la région. Avec le soutien actif des collectivités locales, le moulin, propriété de la commune de Gorges, sera restauré dans sa vocation de moulin papetier. Sa réhabilitation prochaine contribuera à perpétuer la mémoire de l’activité papetière de la vallée de Clisson. L’association pourra alors y exercer ses activités. Une pile à maillets actionnée par une roue à aubes mue par la Sèvre y évoquera la préparation de la pâte à papier à partir de chiffons. Les visiteurs pourront découvrir les principes de la fabrication du papier, mettre eux-mêmes “la main à la pâte” et élaborer leurs propres feuilles. Des cuves leur permettront de lever ces feuilles qui seront portées à sécher dans le magnifique bâtiment de l’étendoir. Ils auront un large aperçu des utilisations quotidiennes du papier. Ils pourront s’exercer à la calligraphie, participer aux ateliers d’écriture, suivre des stages de reliure… et bien d’autres activités. Des espaces didactiques illustreront l’évolution des supports d’écriture, “De l’argile au CD.Rom” et l’histoire des moyens d’expression “Du pinceau à l’imprimante”.

Dans le cadre du Moulin du Liveau, notre association a pour objectifs :
• conserver la mémoire d’un patrimoine industriel,
• transmettre un savoir et un savoir-faire,
• montrer le présent et l’avenir de l’industrie papetière,
• diffuser la connaissance d’un précieux produit qui fait plus que jamais partie de notre monde : le papier

 

L’association Pour les arts graphiques en vallée de Clisson regroupe des animateurs provenant pour la plupart des métiers de la communication, du papier, de l’imprimerie et de l’image. Ils mettent à profit leurs compétences pour animer chaque année des manifestations dont la principale, “Ateliers et Mémoire du Papier”, se tient pendant tout l’été de mai à octobre dans la Chapelle des Templiers à Clisson. Construite à flanc de coteau dans un site privilégié, Clisson est une ville que l’on n’oublie pas. Son château médiéval, ses édifices reconstruits après la révolution sur un modèle d’architecture italienne méritent le détour. La vallée de Clisson, baignée par la Sèvre Nantaise est riche d’un passé d’activités papetières et artistiques. L’association des Arts Graphique en Vallée de Clisson met pour vous ce passé au présent.

En 2004, l’association Pour les arts graphiques en vallée de Clisson a obtenu le premier prix de la Fondation Régionale du Patrimoine pour son projet de réhabilitation et d’animation du moulin du Liveau, à Gorges sur la Sèvre Nantaise. Ce projet est soutenu par la commune de Gorges, par la Communauté de Communes de la vallée de Clisson et par les autres collectivités locales.
En 2006, notre projet a été reconnu par la Fondation nationale du patrimoine qui l’a présenté à ses partenaires. L’un deux, la Fondation Total, s’y est vivement intéressé et a financé la moitié des frais de la première tranche des travaux (la mise hors d’air et hors d’eau du séchoir). Ce travail a été réalisé en 2008.
En 2009, ce même partenaire s’investit à nouveau pour la deuxième tranche (la mise hors d’air et hors d’au du moulin).
Les financements complémentaires ont été fournis par la Fondation du patrimoine, des fonds parlementaires, le Conseil régional des
Pays de Loire, le Conseil général de Loire-Atlantique, la Communauté de communes de la vallée de Clisson, la commune de Gorges et divers fonds privés.